• head-foi

Author Archives: dsjl

Qu’est-ce qu’on mange?

barbecue-88435_1920

Je ne suis pas particulièrement bio dans ma vie en général, mais je commence à me poser de sérieuses questions concernant notre système alimentaire. J’ai pris le temps de visionner des documentaires qui m’ont sensibilisée aux désastres que produisent les multinationales dans le domaine de l’agroalimentaire. Des agriculteurs de toutes sortes sont aliénés par ces compagnies qui promettent mer et monde et qui ne font que semer la désolation, partout où elles font des affaires.

Read more

Ma cabane au Canada

Un groupe de travailleurs migrants au belvédère du Mont Royal

Un groupe de travailleurs migrants au belvédère du Mont Royal

Cinq ans déjà que j’assiste des travailleurs migrants agricoles dans leur séjour au Québec. Des hommes qui viennent de loin juste pour nous accommoder dans nos besoins de main d’œuvre, de productivité, de compétitivité, pour pouvoir maintenir ce régime  d’abondance et j’oserais dire, de gaspillage. D’humbles personnes désireuses de sortir leurs familles de la pauvreté. Obligés de s’exiler pendant des mois pour pouvoir faire vivre leurs familles restées si loin. Trop loin. Tellement loin que ça fait mal jusque dans l’âme.

Read more

Réflexions sur l’itinérance

nuit-sans-abris-2013

Des participants à la 16e Nuit des sans-abri de la Rive-Sud au Phare de Longueuil.

La 16e Nuit des sans-abri de la Rive-Sud a réussi, encore cette année, a sensibilisé la population aux réalités des personnes sans-abri.  Pas moins de 300 personnes ont marché en solidarité avec ces femmes et ces hommes, qui par dizaines, passent leur quotidien dans un environnement extérieur, sans toit, ni chauffage, sans être à l’abri des marchands de drogues,  des réseaux de prostitution ou encore des problèmes de consommation d’alcool.

L’itinérance touche tous les âges et ses répercussions affectent l’ensemble de la société.

Peut-on faire davantage pour aider une personne placée en situation de précarité extrême?

Le Phare de Longueuil, un organisme s’adressant aux 16-35 ans par des activités en milieux dits marginalisés (milieu de l’itinérance, milieu carcéral, toxicomanes …) a voulu pousser un peu plus loin cette réflexion sur l’itinérance.  À la conclusion  de cette marche, un groupe supervisé de 15 jeunes du Collège Sainte-Trinité a répondu positivement, à l’invitation de l’organisme pour une nuit à la belle étoile.

Lire la suite

Charte des valeurs: Un dire en transparence

regard arabeDepuis l’annonce de la charte des valeurs, le canon a retenti à la grandeur du Québec, et même ailleurs. Me voici propulsée dans une arène de cirque perpétuel. Des numéros de toutes sortes, tous plus intéressants les uns que les autres, nous divertissent à leur façon.  Toute tournée que je suis vers le spectacle ambiant, j’ai une amère impression qu’on me détourne malgré moi d’un enjeu fondamental : mettre fin aux conservatismes religieux et social, mettre fin à la montée de la droite au Canada (quelle qu’elle soit), mettre fin au néolibéralisme qui maintiennent  et rendent légitimes des rapports de domination entre les femmes et les hommes, entre les femmes et les femmes, entre les hommes et les hommes.

Ces conservatismes issus du patriarcat aussi subtils soient-ils, sont encore présents dans notre société.

Lire la suite

Les trois vertus franciscaines – Tome 3: La chasteté

Détails des fresques de l’église San Francesco, à Assise.

Détails des fresques de l’église San Francesco, à Assise.

En août dernier, j’ai eu la joie de vivre l’Expérience d’Assise 2013. Pendant 18 jours, j’ai marché avec 18 autres personnes sur les traces de saint François d’Assise, dont la fête est le 4 octobre. Lors de la visite de l’église San Francesco, à Assise, j’ai été rejointe par trois fresques représentant les trois vertus franciscaines – la Pauvreté, la Chasteté et l’Obéissance. Voici ce que j’ai retenu de la présentation du guide franciscain.

François et la Chasteté

Le cou toujours un peu enkylosé et l’œil fixant avec attention sur le plafond, je continuais d’être fascinée par les enseignements du guide franciscain. Il continu de nous décrire les éléments symboliques de la troisième fresque. Un château fortifié et bien défendu abrite la Chasteté : Seuls les anges peuvent entrer allègrement dans ce royaume. Pour y accéder, il faut suivre un long chemin. Un frère laïc, un frère franciscain et une sœur clarisse, trois représentants de l’ordre francisdain ont grimpé la colline. À leur tour, comme le montre la scène du milieu, ils seront lavés, purifiés et habillés par des anges. A l’extrême droite, de bizarres démons sont rejetés dans l’abîme. Ce sont l’Immunditia (la relation en dehors du mariage) avec sa tête de sanglier, le désir ardent avec une tête enflammée, l’amour charnel aux pieds de dragon avec une ceinture de cœurs et les yeux bandés, la mort avec ses pattes d’araignée.

Lire la suite