Lire le chapitre 
consacré à 
Sainte Kateri Tekakwitha

extrait du livre 
Habités par sa Parole

 

 

Pour approfondir le sujet, 
consulter le livre

Habités par sa Parole
Les vénérables, bienheureux et saints du Canada

Une collaboration entre
Novalis et le Diocèse de Saint-Jean-Longueuil


 

Pour en savoir plus, 
consulter le site Web
Dictionnaire biographique du 
Canada
 

Sainte Kateri Tekakwitha

      Sainte Kateri Tekakwitha (1656-1680)

Kateri est née en 1656, d'une mère algonquine et d’un père Iroquois de la tribu de la Tortue, dans le village d'Ossernenon (aujourd'hui Auriesville dans l'État de New York).

Suite à une épidémie de petite variole, Kateri devient orpheline, à l’âge de quatre ans. Elle-même atteinte par cette maladie, elle en conserve des cicatrices au visage et une vue très affaiblie. De là lui vient le nom iroquois de Tekakwitha: « celle qui avance en hésitant ». Elle sera prise en charge par son oncle qui est un des chefs du village. C'est là qu'elle rencontre des missionnaires jésuites. Frappée par leur enseignement et leur manière de vivre, elle en vient à désirer devenir chrétienne.  

Quand vient l'âge de se marier, sa famille fait pression sur elle, mais elle résiste en répondant que seul Jésus sera son seul époux. Quand le jésuite Jacques de Lamberville lui rend visite à l’automne 1675, elle demande le baptême.  Après un catéchuménat de six mois, elle est baptisée le jour de Pâques 1676, sous le nom de Kateri.  À cause de sa foi, elle est de plus en plus persécutée par sa famille et son entourage.  On va même jusqu’à lui lancer des pierres quand elle se rend à la chapelle pour prier. Sur les conseils du Père de Lamberville, elle décide d'aller vivre à la Mission Saint-François-Xavier. 

Kateri désire consacrer sa vie au Seigneur et au service de ses frères et sœurs.  Sa devise est la suivante : « Qui est-ce qui m'apprendra ce qu'il y a de plus agréable à Dieu afin que je le fasse? » 

Elle enseigne aux jeunes et aide les pauvres et les malades de son village. Elle aime se retrouver dans le calme et la nature pour prier.  Elle aime construire des croix avec des bouts de bois, qu’elle plante un peu partout dans la forêt. Ces croix sont comme des stations qui lui rappellent de passer un moment en prière. Elle meurt le 17 avril 1680, à l’âge de 24 ans.  On raconte qu'un quart d'heure après sa mort, son visage fut transfiguré et devint d'une grande beauté.  

Ses restes sont maintenant à la mission Saint-François-Xavier, à Kahnawake.  Elle a été béatifiée par Jean-Paul II en 1980 et canonisée le 21 octobre 2012 par Benoît XVI. L’Église universelle fait mémoire de Kateri Tekakwitha le 17 avril.

Site Web: kateritekakwitha.net/st-francis-xavier-mission/