LA JOIE DE FRANCINE

 

Avez-vous déjà participé à une Messe qui prend son temps? J’ai une belle histoire à vous raconter sur la dernière Messe qui prend son temps, vécue le 2dimanche de l’Avent B.

L’Avent est un temps d’attente, mais c’est aussi un temps de joie. D’ailleurs le 3e dimanche de l’Avent est appelé le dimanche de la joie. À la suite du prophète Isaïe, de Marie, de Pierre et de Jean le Baptiste, je me suis demandée qu’est-ce qui était pour moi source de joie aujourd’hui, en cet instant même. Je suis une personne qui se réjouit facilement, s’émerveille des petites joies quotidiennes. D’ailleurs la citation qui m’inspire beaucoup et que j’essaie d’appliquer tous les jours de ma vie est celle du Père Frédéric William Faber, de Bethléem : « Heureuses les personnes qui ont le don de découvrir le côté lumineux de toutes choses! Elles portent la joie partout où elles sont; lorsqu'elles s'éloignent, la joie demeure! » 

Je traduirais ma joie du jour par trois mots : SOLIDARITÉ ENTRE ÉGLISES. Je m’explique.  Depuis 2011, nous vivons des Messe qui prend son temps (MPT) dans notre diocèse. Notre inspiration vient de l’église de Saint-Ignace, rue De Sèvres à Paris, où nous avons vécu notre première MPT. Nous avons également une page Facebook[1] qui se veut une mémoire de ces beaux moments de vie : témoignages, invitations, photos, etc.      

Notre équipe était en train de préparer la MPT du 10 décembre. Sur la page Facebook, il y avait un message d’un curé de Pointe-aux-Trembles. En voici un extrait :

Bonsoir à vous ! Je suis Jean-Pierre Soucy, curé de la paroisse Ste-Maria-Goretti à Montréal (PAT). Je commence la Messe qui prend son temps, dimanche après-midi qui vient. Je vous avoue que j'ai peu de matériel, mais je voulais faire un premier pas, et me lancer dans la foi. Je prévois une dizaine de personnes. J'ai comme une inquiétude, ou un trac, devant mon peu d'expérience (et le peu de temps que j'ai pour fignoler le tout d'ici dimanche...) Après les Fêtes, j'aurai un comité avec moi. Je me demandais si vous accepteriez de partager avec moi le déroulement de ce que vous ferez ce dimanche?

Naturellement, nous avons dit oui. Durant la fin de semaine, nous avons échangé plusieurs courriels. Quelle bonne idée de partager à d’autres églises le fruit de notre réflexion, de notre partage, de notre expérience, de notre travail d’équipe ? C’est hyper stimulant. Le 10 décembre, les deux Églises ont vécu la Messe qui prend son temps, l’une en après-midi à Ste-Maria-Goretti, l’autre à l’Église de Saint-Bruno, en priant les uns pour les autres. Nous nous étions promis de se partager dès le lendemain la joie de l’expérience.  Voici un extrait de ce que M. le curé Jean-Pierre a écrit :

 Je veux vous dire que notre expérience de La Messe qui prend son temps a été très appréciée, et par 17 personnes ! J'ai été vraiment surpris de la participation. Ça allait d'un jeune de 16 ans, jusqu'à une amie religieuse de 83 ans, en passant par de jeunes adultes fin trentaine. Croyez-le ou non, nous sommes restés ensemble de 13h30 pour certains, jusqu'à 16h30! Les gens en redemandaient et désiraient même s'attarder aux deux premières lectures de la messe. Le contenu que vous m'aviez partagé m'a tellement donné confiance et aidé à me lancer ! J'ai photocopié l'enseignement pour les personnes qui voulaient s'en nourrir durant les 20-25 minutes de méditation en silence. Je n'ai pas pu faire la méditation guidée telle que proposée par votre consoeur, alors je l'ai photocopiée et suggérée aux gens de s'en servir comme suivi à la rencontre. Il y avait là-dedans de très bonnes questions et idées pour nourrir une méditation quotidienne. Faut que je dise que les gens qui se sont rassemblés étaient tous des personnes très intéressées à approfondir la Parole et vivre une Eucharistie intimiste. Des gens « affamés » de Dieu. Très réconfortant pour moi, qui souffre souvent de voir les gens regarder leur montre après 45 minutes de célébration, quitter l'église presque en courant après avoir communié... Nous avons vécu un beau moment aussi, autour de l'autel, avec la prière eucharistique ainsi partagée. Super! Les participants seraient prêts à venir chaque mois !

Je vais essayer de me constituer un groupe comme le vôtre pour m'aider à préparer la prochaine même si je trouve que c'est un travail colossal. Par contre, je suis le premier à en bénéficier. Mon défi du week-end était peut-être un peu gros (5 messes à présider, dont trois déroulements assez différents); je me sens crevé. Mais heureux. Je suis sorti de l'église à 17h30... et un message m'attendait pour l'organisation de funérailles... C'est ça, la vie en paroisse, comme vous le savez. À 18h30, j'ai pu respirer un peu. Je suis considéré comme un « jeune » prêtre, dans l'Église de Montréal... mais j'ai tout de même 60 ans. ?

Des expériences comme celles-ci me comblent de joie.  J’ai l’impression, premièrement, d’avoir un nouvel ami en Jésus-Christ, et deuxièmement, d’avoir aidé des personnes à se rassembler autour de la Parole, à nourrir leur âme, à les soutenir dans leur projet.

Comme le disait le curé Jean-Pierre à la fin de son dernier courriel : Que le Seigneur vous bénisse dans toutes les dimensions de votre vie ! Que vos gestes d’entraide et de solidarité illumine votre vie et vous procure de la joie, la vraie !

Francine Vincent