Goto main content

Pastorale des vocations

Faire un don pour soutenir les vocations

Pour faire un don, compléter ce formulaire et le faire parvenir au:

Diocèse de Saint-Jean-Longueuil (Pastorale des vocations) 

740, boulevard Sainte-Foy, 

Longueuil, (Québec)

J4J 1Z3

 

 

Responsable diocésain

de la pastorale des vocations

Daniel Boivin

daniel.boivin@dsjl.org

450 679-1100, poste 267

 

Secrétaire: Chantal Chaput

chantal.chaput@dsjl.org

450 679-1100, poste 281

 

 

 

La XVe Assemblée générale ordinaire des évêques à Rome s'est tenue du 3 au 28 octobre 2018. Pour se préparer à cette rencontre, jeunes et évêques ont réfléchi sur le thème Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel; thème au coeur du synode 2018.   Cette réflexion menée tant chez les jeunes que chez les évêques a permis de dégager quelques pistes desquelles l'Église catholique souhaite s'inspirer pour établir une relation nouvelle avec les jeunes d'aujourd'hui. 

En savoir davantage
 
cq5dam_thumbnail_319_319.png

La pastorale des vocations 

Pour tout baptisé, la vie chrétienne consiste à se rendre sans cesse plus attentif à l’appel que Dieu lui adresse personnellement, et à apporter une réponse à cet appel. Nous sommes invités à entrer dans la communion de Dieu et c’est ce en quoi consiste la vocation fondamentale et commune à la sainteté. La pastorale des vocations dans le diocèse de Saint-Jean-Longueuil est de susciter une culture de l’appel comme une responsabilité commune. 

Différentes portes sont proposées pour développer la culture de l’appel : 

  • Comment susciter une pastorale de l’appel?
  • Lieux pour trouver de l’information sur les différentes vocations dans l’Église

 

 

En savoir plus sur les vocations

La pastorale de l'appel

Dans mon cheminement de foi, une question revient souvent:

DIEU M'APPELLE...

Votre vie est un « livre dont vous êtes le héros ». Sauf qu’elle ne vient pas avec un manuel d’instruction ! Alors, comment savoir si Dieu m’appelle vraiment ? Et une fois que j’ai décidé de me lancer, où vais-je ? Quel chemin j’emprunte ? Plus loin dans ma réflexion, comment vais-je vers l’autre ? Est-ce que je témoigne de ma vie ? On peut être vite dépourvu face à ces questions existentielles. Mais des lieux et des activités sont mises en place pour discerner l’appel :

  • L’accompagnement individuel
  • L’itinéraire spirituel

Il y a diverses ressources aussi :

  • Vivre pleinement sa vie de baptisés ? Il y a tellement de choses à faire! Vaut mieux entrer en contact avec sa paroisse pour voir ce qui s’offre à nous.
  • Célibataires ? Groupe Facebook pour célibataires catholiques entre 25 et 50 ans 
  • Mariage ? Consultez la section pastorale du mariage.

Devenir prêtre, diacre ou entrer en vie religieuse ? C’est un cheminement personnel et spécifique; nous vous invitons alors à communiquer directement avec votre curé, votre agente ou agent de pastorale ou avec le Centre diocésain. De plus, il existe un recueil réflexif et détaillé sur la pastorale de l’appel. 

 

Le prophète Jérémie dans la Bible, n’est encore qu’un gamin quand Dieu l’appelle. Il vit à une époque troublée; son peuple a été déporté. Jérémie est tellement convaincu qu’il n’est pas la bonne personne pour répondre à l’appel de Dieu qu’il répond qu’il est trop jeune pour parler en public ! L’appel de Dieu nous réserve bien des surprises... 

Je reçus cette parole du Seigneur : « Je te connaissais avant même de t'avoir formé dans le ventre de ta mère ; je t'avais mis à part pour me servir avant même que tu sois né. Et je t'avais destiné à être mon porte-parole auprès des nations. » Je répondis : « Hélas ! Seigneur Dieu, je suis trop jeune pour parler en public. » Mais le Seigneur me répliqua : « Ne dis pas que tu es trop jeune ; tu devras aller voir tous ceux à qui je t'enverrai, et leur dire tout ce que je t'ordonnerai. » (Jr 1, 4-7 – BFC)

 

« Les vocations en Église sont comme cette image : coloris, multiples, il y a des femmes et des hommes, les opinions sont variées, bref, la diversité est au rendez-vous ! »

 

Vous avez des questions ?

Communiquez avec Daniel Boivin, prêtre 
Par courriel à daniel.boivin@dsjl.org ou par téléphone au 450 679-1100 poste 267

Commission diocésaine de la pastorale des vocations

La Commission diocésaine de la pastorale des vocations (CDPV) a été constituée en 2001 par l'évêque émérite du diocèse, Mgr Jacques Berthelet, C.S.V., à l’occasion du Congrès Nord-Américain sur les vocations qui s’est tenu à Montréal en avril 2002.

Pour l’Église catholique, « la vocation baptismale est le fondement de toute vocation spécifique au cœur de l’Église. Elle se déploie dans la communauté, l’engagement dans le milieu, dans la vie consacrée, dans l’exercice de divers ministères et dans les vocations presbytérales et missionnaires. La CDPV a donc la mission de proposer à l’Évêque des orientations dans le but de fonder une culture vocationnelle qui mène au discernement de l’appel de chacun » (Communiqué officiel no.24).

Ainsi, la personne responsable de la pastorale diocésaine des vocations en collaboration étroite avec la CDPV, a pour mandat donné par l'Évêque de définir des pistes d’actions, pour susciter une culture des vocations dans notre diocèse, aider le peuple de Dieu à mieux poursuivre sa mission pastorale des vocations dans le monde de ce temps.

Les membres de la Commission diocésaine des vocations  sont nommés par notre Évêque: un prêtre diocésain, un.e membre d’une communauté religieuse, un.e agent.e de pastorale, un.e jeune adulte baptisé.e et engagé.e bénévolement, un diacre permanant et la personne ayant la responsabilité diocésaine de la pastorale des vocations et la mission auprès des jeunes adultes, membre d’office de la Commission. Pour cette année 2016-2017, les  membres sont Sylvain Numbi, prêtre du Diocèse de Kongolo, sœur Suzane Leduc, sjsh, Ingrid Le Fort, membre fondatrice de la CDPV et en 2002, jeune engagée et bénévole au sein du Diocèse, Diane Gazaille, agente de pastorale, Georges Cummings, diacre permanent et Céline Wakil, agente de pastorale et responsable diocésaine de la pastorale des vocations et de la Mission auprès des jeunes adultes.


Sylvain Numbi 

Pour parler de l’histoire de ma vocation, je dois reconnaitre que c’est l’environnement dans lequel j’ai grandi qui m’a permis d’être à l’écoute de l’appel de Dieu en moi. Baptisé 26 jours après ma naissance, j’ai évolué dans une famille chrétienne très engagée et donc toujours dans une ambiance de proximité avec Dieu. À 9 ans, je reçois le sacrement de l’Eucharistie et m’engage dans une chorale. Dans la même période, la paroisse met en place un groupe pour continuer l’éducation chrétienne destinée à  ceux qui ont fini la catéchèse de la première communion et du catéchuménat. Ce groupe était dénommé : « les amis de Jésus ». Je fais parti de ce groupe et je prends au sérieux cette amitié au point que je considère Jésus comme un véritable ami. Le désir d’être à son service commence à naître.

Lorsque j’entre en première secondaire je me fais inscrire comme enfant de chœur.  Le désir de devenir prêtre s’aiguise de plus en plus. En même temps je fais parti du mouvement « Kizito-Anuarite » (Mouvement, destinés aux ados, garçons et filles qui se proposent de vivre du Christ en suivant l’exemple de Kizito, un saint Martyr d’Ouganda et Anuarite, une bienheureuse martyre du Congo) Lorsque j’entre en deuxième secondaire, un groupe de vocation voit le jour dans notre paroisse; avant nous, les aspirants étaient suivis individuellement, mais à ce moment-là, on venait de créer un groupe pour encadrer  et discerner les vocations. Mon frère aîné se fait inscrire; cela nous démotive un peu…! Quand le Père chargé des vocations constate que mon frère jumeau et moi n’étions pas dans le groupe, il ne comprend rien!  Les sœurs carmélites de Saint-Joseph nous appellent donc pour en discuter, car pour nous, il était évident qu’on ne pouvait quand même pas se faire prêtres tous les trois! Elles nous font donc comprendre que ce parcours n’est qu’un cheminement et que chacun allait y découvrir sa propre vocation, qui n’est pas que sacerdotale.  

À la fin de mon secondaire, le groupe qui comptait dix candidats n’en avait plus que trois qui persévéraient : un a tenté d’aller chez les Jésuites, mais n’a pas continué, mon jumeau et moi-même. J’ai poursuivi mon désir de devenir prêtre et je le suis devenu pour le Diocèse de Kongolo en République Démocratique du Congo. Après cinq ans de ministère dans mon diocèse, un autre appel me fut  adressé : celui d’aller loin de mon pays, pour le Québec. L’Église étant universelle et missionnaire, j’ai accepté d’embarquer dans cette nouvelle aventure. Pour le moment, je travaille au Diocèse de Saint-Jean-Longueuil où je suis curé à l’unité pastorale Le Paysan et membre de la Commission diocésaine de la pastorale des vocations. 

Suzanne Leduc 

Il y a cinquante ans, j’entrais avec joie dans la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe. Cette communauté vouée à l’éducation de la jeunesse et dont le charisme est de manifester un Dieu proche de tout être humain était toute désignée pour moi.

En jetant un coup d’œil sur ma vocation, je réalise rapidement pourquoi j’ai fait ce choix. Je suis née dans une famille très croyante.  Mes deux parents avaient une grande foi et une énorme confiance à la Providence. Ils avaient aussi un accueil chaleureux envers tous les mendiants de l’époque.

Déjà, à l’âge de huit ans, je rêvais d’ouvrir une grande maison pour les enfants quand je serais grande. À quinze ans, je portais une soif et une recherche : « Comment suivre le Seigneur? ».  Cette même année, j’ai eu comme professeur une jeune religieuse dynamique, joyeuse et qui parlait souvent de sa vocation.  Il n’en fallait pas plus, ma décision était prise : « Je deviendrais religieuse enseignante auprès des jeunes. »

Ainsi, pendant 30 ans, j’ai enseigné aux jeunes du primaire dans le diocèse de Saint-Jean-Longueuil, en portant une attention spéciale aux élèves en difficulté d’apprentissage.  J’ai vécu ces années avec des femmes simples, proches des gens et qui manifestent la proximité de Dieu par leurs communautés de joie, de partage, de soutien.

Je me suis aussi impliquée dans un projet pour aider à mettre en place une Maison de la famille. Cette Maison de la famille « LeMoyne » a maintenant 16 ans d’existence et offre soutien et valorisation aux parents et aux enfants.

En 2007,  j’ai accepté le mandat de supérieure régionale pour une des deux régions du Québec de ma congrégation. Ce fut pour moi une autre réalisation de mon rêve.

Aujourd’hui, je suis responsable de la préparation au baptême des jeunes enfants, animatrice de la catéchèse communautaire familiale et membre de l’équipe pastorale comme laïque bénévole mandatée à la paroisse La Bienheureuse-Marie-Rose-Durocher.

Suzanne Leduc, s.j.s.h., 14 octobre 2016

 

Ingrid Le Fort

Je suis originaire de l’Ontario et je vis au Québec depuis une dizaine d’années. Depuis mon enfance, j’ai toujours été engagée bénévolement dans ma paroisse avec ma famille. J’ai longtemps rêvé d’être missionnaire. À l’âge de 20 ans, j’ai visité une mission pendant 6 mois et cela a eu un grand impact sur ma vie. Je suis toujours à l’écoute de l’Esprit pour discerner la volonté de Dieu dans ma vie. À travers mon parcours, j’ai eu l’occasion d’étudier à Toronto, Ottawa, au Mexique, en France, à Montréal et à Québec. Je suis reconnaissante envers Dieu de tout ce qu’il a mis sur mon chemin, des témoins, des épreuves, des défis et un sens d’appartenance profonde à cette grande famille qu’est notre Église.  Depuis plus de 14 ans, je fais partie de la Commission diocésaine de la pastorale des vocations. J’ai accepté sans hésitation, car j’aime notre Église et je souhaiterais que les gens puissent se mettre à l’écoute de l’appel de Dieu davantage. J’ai eu plusieurs modèles dans ma vie, parmi eux il y a saint François et sainte Thérèse qui m’ont influencée dans ma spiritualité et ma façon de voir ce monde. Après avoir travaillé plusieurs années à temps plein en paroisse, je travaille maintenant dans un collège privé et je continue à faire du bénévolat dans mes paroisses.

Diane Gazaille (texte à ajouter)

Georges Cummings (texte à ajouter)

Céline Wakil

Pendant une bonne partie de ma jeunesse, j’ai grandi dans une foi catholique passive. C’est à 15 ans que j’ai reçu un appel, un vrai ! La coordonnatrice de ma paroisse m’a demandé si j’étais intéressée à animer un groupe de jeunes enfants pendant la messe. Pourquoi pas ! À partir de là, tout a basculé ! À 17 ans, je suis devenue animatrice bénévole pour des adolescents, groupe que j’ai animé avec d’autres jeunes adultes. L’été suivant, en 2002, j’ai animé dans un camp de jour pastoral, tout en cheminant vers laJMJ de Toronto. Pendant plusieurs années, j’ai cheminé spirituellement avec des gens qui sont devenus mes meilleurs amis. Nous nous sommes rendus à la JMJ de Cologne (2005) puis celle de Madrid (2011) et entre elles, j’ai entrepris des études en arts et en théologie. Me voici maintenant agente de pastorale, mariée et mère de deux belles filles.

J’ai un profond attachement au diocèse de Saint-Jean-Longueuil, à sa beauté unique et particulière, à sa vivacité et sa capacité de se remettre en question, au souffle de l’Esprit saint qui ne cesse de nous balayer de son vent et de l’écoute des gens qu’on y retrouve ! J’ai un amour sincère pour notre Église diocésaine !

J’ai trouvé en Église, dans ma communauté, des jeunes qui sont devenus des amis proches et sincères. J’y ai connu un homme empreint des mêmes valeurs que moi, celui qui est devenu mon époux. Nous sommes tous unis par des valeurs fondamentales. 

Soutenir les vocations par la prière et les dons

Prière pour les vocations

« La moisson est abondante, et les ouvriers peu nombreux : priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson! » Mt9,7

Dieu notre Père, donne à ton Église qui est à Saint-Jean Longueuil d'entendre les appels qui viennet de toi et le courage d'y répondre. Donne-lui des pasteurs selon ton coeur et des personnes consacrées à suivre ton Fils dans la forme de vie qui fut la sienne. Éveille chez les fidèles laïques le goût de servir ton Église, particulièrement dans l'éveil et la croissance de la foi des jeunes par une évangélisation et une catéchèse qui leur permettent de rencontrer le Christ vivant. Lui qui vit et règne avec toi dans la communion de l'Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

 

Message de notre évêque aux Associés dans la prière

À vous qui êtes associés dans la prière au Maître de la moisson pour que notre Église reçoive constamment les ouvriers dont elle a besoin pour accomplir sa mission, je souhaite la force et la persévérance de garder vive la préoccupation de soutenir le mouvement de prière qui nous unit et la joie de voir exaucée cette prière.

Des personnes entendent l’appel du Seigneur, réfléchissent, font des pas chaque année. Cela se fait discrètement, mais de façon suffisamment sérieuse pour que nous puissions croire que notre prière n’est pas faite en vain.  Des candidats nous viennent, d’ici et d’ailleurs, et envisagent sérieusement de consacrer leur vie au Seigneur et au service de l’Église. Ces signes qui nous sont donnés nous gardent dans l’espérance. Que notre prière se fasse aussi action de Grâce non seulement pour ces candidats qui se présentent à notre Église, mais pour tous ceux qui, avec beaucoup de générosité, dans des conditions parfois difficiles, poursuivent leur service d’église. Eux aussi ont besoin du soutient de notre prière.

Je vous exprime ma plus vive gratitude pour le service de la prière que vous rendez à notre Église. Que le Seigneur vous apporte consolation et joie intérieure, qu’il vous bénisse et vous garde, qu’il fasse rayonner sur vous sa lumière!

† Lionel Gendron
Évêque de Saint-Jean-Longueuil

Qui sont les Associés dans la prière ou Club des 31?

Dans le diocèse un groupe de 1000 personnes se sont engagés à prier pour les vocations. Cette intention est au cœur de leur prière quotidienne, mais particulièrement au jour, dans le mois, de leur anniversaire (par exemple, tous les 11 des mois). Prier pour les vocations c’est aussi prier pour ceux et celles qui ont déjà répondu à l’appel et qui ont besoin du support de nos prières dans leur action pastorale, dans leur vie de foi, sur ce chemin de sainteté.

Comment devenir Associés dans la prière?

Pour  vous inscrire il suffit d’envoyer un courriel à celine.wakil@dsjl.org et une fois par année nous vous ferons parvenir le journal de nouvelles des vocations le Voca-lien.  Si vous êtes déjà inscrit au club des 31 vous devenez membre automatiquement.

Pour faire un donformulaire à remplir

//Vimeo
Logo_blanc_transparent.png

Diocèse catholique de 
Saint-Jean-Longueuil

740, boulevard Sainte-Foy
Longueuil, Québec, J4J 1Z3

Téléphone : (450) 679-1100
Télécopieur : (450) 679-1102

Au service de l'Église d'aujourd'hui

© 2021 Diocèse de Saint-Jean-Longueuil

Créé par Communications et Société propulsé par SedNove